Image by Lorenzo Spoleti

Caractéristiquesmusicales
1. Lecture musicale
2. Oreille et interprétation
3. Rythme

1. Les difficultés reliées à la lecture musicale


Plusieurs aînés comprendraient implicitement l’utilité d’apprendre à lire la musique puisque, dans la vie de tous les jours, la lecture de leur langue maternelle ou même d’une seconde langue se révèle essentielle à la réalisation de plusieurs tâches. Cependant, il arrive que des enseignants observent des difficultés reliées à la lecture musicale. Celles-ci peuvent avoir différentes causes.

Problèmes de vision

Puisqu’il faut recourir à nos yeux pour pouvoir lire un texte musical, il arrive que des difficultés de lecture soient reliées à des troubles de la vue ou d’ajustement de lunettes. Vous pouvez consulter la section qui traite spécifiquement des problèmes de vision qui affectent l’apprentissage du piano pour vous informer sur cette réalité et vous inspirer de stratégies proposées afin de palier celle-ci.

Lecture à vue

Les difficultés que des enseignants observent dans la lecture musicale de leurs élèves âgés semblent se manifester plus spécifiquement lorsque les aînés doivent à la fois lire et jouer ce qu’ils lisent. Or, les aînés ont plus de mal que les gens plus jeunes à tout faire en même temps à cause de changements qui surviennent avec le vieillissement dans les capacités cognitives.
 

Il semble que le déclin de la mémoire de travail augmente avec l’âge et en fonction de l’exigence de la tâche. C’est lorsque la tâche exige que l’information à garder en mémoire à court terme soit en même temps réorganisée ou lorsqu’il y a une alternance rapide entre le maintien de l’information et le traitement des informations subséquentes que les difficultés apparaissent. Or, faire de la lecture à vue est un exemple parfait de ce type de tâche. En effet, en situation de lecture à vue, le pianiste doit réorganiser l’information qu’il vient de lire en réponse motrice, tout en prenant connaissance de la suite du texte musical.

Décodage des notes sur la portée

Les changements qui surviennent avec l’âge dans les capacités cognitives pourront également affecter l’apprentissage du décodage des notes sur la portée. Les aînés pourront comprendre facilement la théorie derrière le déchiffrage des notes sur la portée. Cependant, procéder à une tâche délibérée non-automatique et qui exige un effort est une autre tâche cognitive spécialement sensible au vieillissement. Or, la lecture musicale, lorsqu’elle n’est pas suffisamment acquise pour être automatisée, est précisément un bon exemple de ce type de tâche. Il convient donc de favoriser l’acquisition d’automatismes, mais puisque cela implique une action importante de la mémoire tout au long du processus d’acquisition de la lecture musicale, il faut également se rappeler que les aînés pourront avoir plus de mal que les gens plus jeunes à retenir les différents ordres des notes associés aux lignes et aux espaces de la portée, par exemple.

 

Encore une fois, on se trouve devant une tâche qui peut se révéler spécialement sensible au vieillissement puisque c’est le cas des tâches où le contexte procure peu de soutien pour l’encodage et la récupération. Or, apprendre par cœur l’ordre des espaces en clef de sol, par exemple, une suite de notes qui ne présente pas de logique particulière pour un néophyte, deviendra beaucoup plus facile à retenir si on donne à l’élève en question un truc mnémotechnique tel que Fais-la dormir ! (pour fa-la-do-mi).

Stratégies d’enseignement
  • Travailler la fluidité du déchiffrage des notes sur la portée de manière isolée (en-dehors du travail au piano).

Exemple : en disant le nom des notes à voix haute d’un texte musical ou en les écrivant sous celui-ci (sans utiliser ensuite ce texte annoté comme partition utilisée lors du travail au piano).
 

  • Utiliser des trucs mnémotechniques.

Exemple 1 : Espaces en clef de sol : Fais-la dormir ! (fa-la-do-mi) ou Refais-la dormir seule (ré-fa-la-do-mi-sol)
Exemple 2 : Espaces en clef de fa : Lardons mi-sel (la-do-mi-sol) ou Fais des lardons mi-sel s’il-te-plaît (fa-la-do-mi-sol-si)

 

  • Faire des activités d’observation de la partition.

Exemple : faire un quiz où l'on pose des questions du genre « Y a-t-il une note qui se répète? Laquelle? » ou « Combien y a-t-il de blanches? »
 

  • Favoriser, au fil de l’apprentissage, la lecture de groupes de notes et de formules rythmiques plus longues.

Exemple : faire remarquer aux élèves qu’ils peuvent lire la répétition d’un motif globalement plutôt que de décortiquer les notes une à la fois.
 

  • Demander aux élèves de vous expliquer de quelle manière ils procèdent pour décoder leurs notes. Cela vous permettra de suivre leur processus de décodage et d’identifier plus facilement la raison de certaines erreurs de lecture.

Exemple : en laissant un élève expliquer son processus dans le décodage des notes d’un passage problématique, vous pourriez vous rendre compte que cet élève avait utilisé l’ordre des lignes plutôt que l’ordre des espaces pour identifier une note située sur une ligne et lui faire prendre conscience de son erreur.

Bibliographie

Bee, H., & Boyd, D. (2008). Les âges de la vie : psychologie du développement humain. Saint-Laurent : Erpi.

Buccur, B., & Madden, D. J. (2007). Information processing/cognition. (J. E. Birren, Éd.) Encyclopedia of Gerontology, pp. 749-758. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00099-8.

Marquié, J.-C., & Isingrini, M. (2001). Aspects cognitifs du vieillissement normal. Dans J.-M. Albaret, & E. Aubert (Éds.), Vieillissement et pscyhomotricité. Marseille: Solal.

Nantel, A. (2007). Les stratégies utilisées par des pianistes débutants du premier cycle du primaire et de la maternelle dans le décodage des notes sur la portée musicale. (Mémoire de maîtrise). Québec : Université Laval.

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval.

Smith, A. D. (2007). Memory. Dans J. E. Birren (Éd.), Encyclopedia of Gerontology (pp. 136-145. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00121-9).

Sugar, J. A. (2007). Memory, strategies. Dans J. E. Birren (Éd.), Encyclopedia of Gerontology (pp. 145-151. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00122-0).

Vézina, J., Cappeliez, P., & Landreville, P. (2007). Psychologie gérontologique. Montréal : Chenelière Éducation. 

2. Oreille musicale et interprétation

Selon la recherche qui a été conduite sur le sujet, il semble que l’avancée en âge, après 65 ans, n’affecte pas vraiment les habiletés musicales des personnes âgées autonomes. Ce serait plutôt des variables telles le degré de participation à des activités musicales, l’expérience musicale, la fréquence d’écoute de musique, le revenu mensuel, le genre, la situation de dépendance, l’état de santé, l’estime de soi et l’état d’esprit qui affecteraient celles-ci. Des enseignants remarquent toutefois une plus grande difficulté chez leurs élèves de piano âgés à assimiler, à l'instrument, une mélodie qui ne leur est pas familière et certaines difficultés d’exécution rythmique. En ce qui concerne l’habileté à exécuter ou reproduire des figures rythmiques et l’habileté à suivre ou maintenir une pulsation, vous pouvez vous référer à la section qui traite plus spécialement des habiletés rythmiques des aînés. En ce qui concerne les difficultés à assimiler une mélodie non-familière, nous posons l’hypothèse que cela ait un lien avec des difficultés de mémoire et le développement d’automatismes.

 

Stratégies d’enseignement
  • Utiliser des métaphores et des analogies pour suggérer notamment le caractère désiré ou l’articulation attendue.

Exemple : pour expliquer comment exécuter des staccatos, on pourrait imager l’action du doigt sur la touche en le comparant à un insecte qui nous pique ou à l’action de se piquer par accident avec une aiguille en faisant de la couture.
 

  • Utiliser la musique pour leur faire extérioriser leurs émotions.

Exemple : on pourrait suggérer à un aîné qui arrive à sa leçon fâché contre son voisin de nous exprimer cette colère dans un passage musical approprié.
 

  • Inviter les élèves aînés à développer leur audition intérieure.

Exemple : demander aux élèves aînés de réécouter dans leur tête un passage qu’ils viennent de jouer.

 

Bibliographie

Andrews, M. W., Dowling, W. J., Bartlett, J. C., & Halpern, A. R. (1998). Identification of speeded and slowed familiar melodies by younger, middle-aged, and oler musicians and nonmusicians. Psychology and Aging, 13(3), pp. 462-471.

Clair, A. A. (1991). Rhythmic responses in the elderly and their implications for music programming. Journal of the International Association of Music for the Handicapped, 6(1), pp. 3-11.

Gibbons, A. C. (1979). Musical aptitude profile scores in the elderly and their relationships to morale and selected other variables (Thèse de doctorat). Récupéré via la base de données ProQuest Dissertations and Theses (UMI No. 8014402).

Gibbons, A. C. (1982). Music aptitude profile scores in a noninstitutionalized, elderly population. Journal of Research in Music Education, 30(1), pp. 23-29. doi: 10.2307/3344864.

Gibbons, A. C. (1983a). Item analysis of the primary measures of music audiation in elderdly care home residents. Journal of Music Therapy, 20(4), pp. 201-210.

Gibbons, A. C. (1983b). Primary measures of music audiation scores in an institutionalized elderly population. Journal of Music Therapy, 20(1), pp. 21-29.

Halpern, A. R., Barlett, J. C., & Dowling, W. J. (1995). Aging and experience in recognition of musical transpositions. Psychology and Aging, 10(3), pp. 325-342. Récupété via http://psycnet.apa.org/journals/pag/10/3/325.pdf.

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval.

Noda, T. (2002). Detecting mistuning in familiar melodies: The effect of age (Mémoire de maîtrise). Récupéré via la base de données ProQuest Dissertations and Theses (UMI No. MQ68890). 

3. Les habiletés et difficultés rythmiques des aînés

Selon la littérature scientifique, l’avancée en âge n’aurait pas particulièrement d’effet sur l’habileté des personnes âgées autonomes à reproduire des formules rythmiques. Cependant, des enseignants observent des difficultés d’exécution rythmique chez leurs élèves âgés. Selon leurs dires, ceux-ci auraient tendance à intellectualiser beaucoup les notions rythmiques, dont ils comprennent la théorie assez facilement, mais auraient plus de mal à les ressentir physiquement. Ils auraient également parfois du mal à bien ressentir la pulsation.


Lorsqu’un élève âgé présente des difficultés rythmiques dans son jeu pianistique, il convient de bien diagnostiquer de quel type de problème il s’agit. En effet, plusieurs choses peuvent influencer l’exécution rythmique dans le jeu pianistique d’un aîné. Vérifiez d’abord si l’aîné en question est capable de suivre la pulsation en tapant dans ses mains pendant que vous jouez un extrait musical simple. Vérifiez ensuite s’il peut reproduire des formules rythmiques simples, puis plus complexes, en tapant dans ses mains ou sur le couvercle du piano. Si l’une de ces deux activités (ou les deux) sont difficiles pour l’aîné dont il est question, on peut lui faire travailler des activités rythmiques macroscopiques (idéalement avec tout le corps, en-dehors du piano) en parallèle aux pièces et aux exercices techniques qu’il doit travailler au piano.
 

Attention!

Des enseignants hésitent à proposer certaines activités rythmiques aux élèves âgés, telles que de reproduire des rythmes en marchant, de peur de les offusquer. Si nous croyons qu’il est vrai que certaines personnes âgées pourraient être réticentes face à ce genre d’activités, nous pensons cependant qu’il ne faut pas craindre de les leur proposer. Cependant, il convient qu’un enseignant s’ajuste aux différences individuelles. Expliquez bien le but et la valeur de l’activité rythmique proposée et, au besoin, trouvez des activités alternatives.

Si vous observez qu’un élève âgé assimile une formule rythmique pendant sa leçon et que cet apprentissage n’est pas maintenu à la leçon subséquente, il est possible qu’il faille voir la question du côté de la mémoire à long terme. En effet, un adulte âgé aura généralement plus de mal à récupérer une information dans sa mémoire à long terme qu'un élève plus jeune, spécialement lorsque le contexte ne fournit pas d’aide à la récupération de cette information. Utiliser des aides à la récupération de l’information en mémoire, telle qu’une partition ou un enregistrement sonore, pourrait aider à maintenir en mémoire une formule rythmique.

Des élèves âgés apprécient avoir recourt à un enregistrement pour vérifier pendant leurs répétitions s’ils font des erreurs ou non. Cette façon d’utiliser un enregistrement dans les répétitions pourrait aider les élèves âgés à s’auto-corriger pendant celles-ci et leur éviter de traîner certaines erreurs d’encodage qui peuvent apparaître spécialement lorsqu’un élève ne maîtrise pas encore parfaitement certains automatismes de lecture musicale ou certaines formules rythmiques.

 

Stratégies d’enseignement
  • Proposer des activités rythmiques qui passent par le mouvement corporel, idéalement tout le corps*. Au besoin, proposer des activités alternatives.

Exemple : frapper différents rythmes dans ses mains en marchant la pulsation.
 

  • Utiliser des aides à la récupération de l’information en mémoire.

Exemples : utiliser la partition et utiliser un enregistrement sonore.
 

*Pour des idées d’activités rythmiques à proposer à vos aînés, vous pouvez consulter le livre La rythmique Jaques-Dalcroze, un atout pour les seniors (Wahli-Delbos, Del Bianco, Gianadda et Chrisman, 2010).

 

Lecture suggérée

Wahli-Delbos, M., Del Bianco, S., Gianadda, R., & Chrisman, G. (2010). La rythmique Jaques-Dalcroze, un atout pour les seniors. Genève: Papillon.

 

Bioagraphie

Gibbons, A. C. (1979). Musical aptitude profile scores in the elderly and their relationships to morale and selected other variables (Thèse de doctorat). Récupéré via la base de données ProQuest Dissertations and Theses (UMI No. 8014402).

Gibbons, A. C. (1982). Music aptitude profile scores in a noninstitutionalized, elderly population. Journal of Research in Music Education, 30(1), pp. 23-29. doi: 10.2307/3344864.

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval.

Wahli-Delbos, M., Del Bianco, S., Gianadda, R., & Chrisman, G. (2010). La rythmique Jaques-Dalcroze, un atout pour les seniors. Genève: Papillon.