Trying On Glasses

Caractéristiques sensorielles
1. Perte auditive
2. Vision

1. La perte auditive

 
L’impact sur la communication verbale

La perte auditive la plus fréquente chez les aînés se nomme la presbyacousie. Elle apparaît graduellement avec l’âge et entraîne d’abord la perte des fréquences les plus aiguës. C’est spécialement la communication verbale entre votre élève et vous qui pourra être affectée par la presbyacousie. Chez l’aîné ayant cette perte auditive, le langage parlé devient plus difficile à comprendre. Pourquoi ? Parce que la perception des consonnes est affectée. En effet, celles-ci font appel à des fréquences aiguës, celles-là mêmes qui ne sont graduellement plus perçues par la personne atteinte de presbyacousie. Or, la perception adéquate des consonnes permet à l’individu de bien distinguer des mots qui sont proches de part leur sonorité, comme « pierre » et « bière » ou « belle » et « pelle ». De leur côté, les voyelles utilisent des fréquences plus graves et seront mieux perçues. Ainsi, il sera plus aisé pour la personne vivant avec de la presbyacousie de percevoir la différence entre des mots comme « val » et « vil » qu’entre des mots comme « vil » et « fil ».

 
Notez bien!

Plusieurs aînés admettent difficilement que leur capacité auditive diminue ou n’en sont simplement pas conscients. Lorsque vous soupçonnez une possible perte auditive chez votre élève, adopter les stratégies proposées ci-dessous pourrait être adéquat.

 
Notez bien!

Même avec un ou des appareils auditifs, les stratégies ci-dessous sont appropriées. En effet, les prothèses auditives améliorent l’audition de votre élève, mais ne la corrigent jamais complètement.

 
Stratégies à adopter pour faciliter la communication
  • Assoyez-vous du côté de la meilleure oreille de votre élève (le cas échéant);

  • Attirez son attention avant de lui parler;

  • Si vous êtes loin, rapprochez-vous;

  • Répétez une phrase non comprise en utilisant d’autres mots;

  • Essayez de lui parler face à face et sans cacher vos lèvres;

  • Enseignez avec un bon éclairage et évitez le contre-jour;

  • Parlez clairement et lentement, mais sans exagérer ou crier;

  • Réduisez le bruit ambiant au maximum;

  • Évitez de parler pendant que l’élève joue ou en jouant vous-même;

  • Annoncez de quel sujet vous allez parler;

  • Signalez lorsque vous changez de sujet;

  • Assurez-vous de la compréhension de l’élève, par exemple en lui faisant dire dans ses propres mots ce qu’il a compris de vos explications.

 
Lectures suggérées

Bibliographie

Bee, H., & Boyd, D. (2008). Les âges de la vie : psychologie du développement humain. Saint-Laurent : Erpi.

Côté, C. (2008). Comprendre les différences individuelles de surdité. Magazine Lobe, 3(4), pp. 8-9. Récupéré via http://lobe.ca/wp-content/uploads/2011/11/Lobe-Magazine-V34.pdf.

 

Côté, P. (2007). Entendre et comprendre. Y a-t-il une différence? Magazine Lobe, 2(3), pp. 6. Récupéré via http://lobe.ca/wp-content/uploads/2011/11/Lobe-Magazine-V23.pdf.

Fowler, C. G., & Leigh-Paffenroth, E. D. (2007). Hearing. Dans J. E. Birren (Éd.), Encyclopedia of Gerontology (pp. 662-671. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00086-X).

Hooper, C. R., & Bello-Hass, V. D. (2009). Sensory function. Dans Functional Performance in Older Adults. Philadelphia: Davis Company.

Millar, W. J. (2005). Problèmes d'audition chez les personnes âgées. Rapports sur la santé, 16(4), pp. 53-56. Statistique Canada, No 82-003-XIF au catalogue. Récupéré via http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/82-003-XIF/0040482-003-XIF.pdf?

Moore, B. C. (2003). An Introduction to the Psychology of Hearing (éd. 5e). Boston: Academic Press.

Plouffe, J., & Bégnoche, C. (2012). L’effet négatif d’une baisse de la discrimination auditive sur le rendement de vos appareils auditifs. Magazine Lobe, 7(2), pp. 11. Récupéré via http://lobe.ca/wp-content/uploads/2012/05/Magazine_lobe_v7no2_LR.pdf.

Sataloff, R. T., Sataloff, J., Virag, T. M., Sokolow, C. J., & Luckhurst, J. (2006). Hearing loss: Handicap and rehabilitation. Dans R. T. Sataloff, & J. Sataloff (Éds.), Occupational Hearing Loss (éd. 3e, pp. 441-462. doi: 10.1201/9781420015478.ch16).

Veilleux, M. (2010). Des stratégies pour mieux comprendre. Magazine Lobe, 5(4), pp. 7. Récupéré via http://lobe.ca/wp-content/uploads/2011/11/Lobe-Magazine-V54.pdf.

Vézina, J., Cappeliez, P., & Landreville, P. (2007). Psychologie gérontologique. Montréal : Chenelière Éducation.

2. La vision et son incidence dans l’apprentissage du piano


Vision

La vision intervient dans l’apprentissage du piano, notamment dans la lecture musicale, la perception des touches du clavier et du mouvement des mains. Si le clavier et le mouvement peuvent être perçus à l’aide d’autres sens que la vision, le déchiffrage d’un texte musical ne peut se passer des yeux.


Troubles de la vue

Au Canada, 82% des gens âgés de 65 ans et plus ont déclaré avoir un problème de vision (données de 2003). Ces problèmes peuvent être variés et multiples. Les troubles visuels peuvent cependant être corrigés dans la majorité des cas, afin de permettre une vision fonctionnelle. Seule une minorité d’aînés est affectée au point que cela entrave sérieusement leurs activités.


Double-foyers

En contexte d’apprentissage du piano, il est important de noter que les lunettes à double-foyers, portées par plusieurs aînés, ne sont pas adaptées. En effet, celles-ci sont fabriquées de manière à ce que les gens puissent voir de près en baissant les yeux, tout spécialement en contexte de lecture, et pour qu’ils puissent voir de loin lorsqu’ils regardent devant eux. Or, en situation de travail au piano, la partition est placée relativement loin du visage, devant les yeux. Le bas de la partition ainsi que les touches du piano peuvent donc être plus difficiles à percevoir avec ce type de lunettes.


Lunettes de piano

Vous pouvez informer vos élèves âgés qu’il est possible pour eux de demander à leur optométriste de leur prescrire des lunettes faites sur mesure en vue de travailler au piano. Il s’agit évidemment d’un investissement supplémentaire pour eux, mais certains seront heureux de l’apprendre. D’autres préfèreront trouver des solutions alternatives moins coûteuses telles que d’agrandir leurs partitions. Il est également possible d’utiliser des repères visuels, tel un code de couleurs (voir exemple ci-dessous), pour aider la perception du texte musical ou de la notation anglo-saxonne (accords notés en lettres).

Exemple de code de couleurs (Ah ! Si mon moine voulait danser)

Lecture suggérée

http://www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2004001/article/7041-fra.pdf


Bibliographie

Bee, H., & Boyd, D. (2008). Les âges de la vie : psychologie du développement humain. Saint-Laurent : Erpi.

Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. (2010). Lunettes d'ordinateur. Consulté le 12 mai 2013, sur Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail : http://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/office/computer_glasses.html

 

Hooper, C. R., & Bello-Hass, V. D. (2009). Sensory function. Dans Functional Performance in Older Adults. Philadelphia: Davis Company.

 

Millar, W. J. (2004). Problèmes de vision chez les personnes âgées. Rapports sur la santé, 16(1), pp. 49-54. Statistique Canada, No 82-003-XIF au catalogue. Récupéré via http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/82-003-XIF/0010482-003-XIF.pdf?

 

Scialfa, C. T., & Kline, D. W. (2007). Vision. Dans J. E. Birren (Éd.), Encyclopedia of Gerontology (pp. 653-660. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00195-5).

 

Vézina, J., Cappeliez, P., & Landreville, P. (2007). Psychologie gérontologique. Montréal : Chenelière Éducation.

 

Weinstein, B. E. (2000). Geriatric Audiology. New York: Thieme.

Exemple_codes de couleur.jpg