Senior man learning how to play piano with teacher.jpg

Caractéristiques relatives à la leçon de piano
1. L'enseignement aux adultes
2. Évaluations et concerts
3. Favoriser l'inscription des aînés à des leçons de piano

1. L’enseignement aux adultes

L’enseignement aux personnes âgées relève d’abord de l’enseignement aux adultes. Or, dans ce contexte particulier, l’enseignant doit considérer plusieurs éléments entourant l’apprenant adulte :
 

  • Son besoin de savoir (quoi? pourquoi? comment ?)

L’apprenant adulte aurait besoin d’un certain contrôle de ses apprentissages et l’andragogie* propose, pour tenir compte de cet état de fait, de procéder à une planification des apprentissages en collaboration avec les élèves âgés. Afin d’exercer ce contrôle, l’adulte a besoin de savoir, avant de se lancer dans une activité d’apprentissage, de quoi il retourne, en quoi ladite activité lui sera utile et de quelle manière celle-ci sera conduite.
 

  • Son besoin d’auto-direction de ses apprentissages

Les adultes auraient un besoin d’indépendance qui se reflète dans leur participation à des activités d’apprentissage. Généralement parlant, ceux-ci aimeraient diriger leurs apprentissages, mais il existe des différences individuelles qui influencent le besoin d’auto-direction des uns et des autres. L’enseignant doit s’adapter à ces différences en adoptant le rôle qui convient le mieux à l’élève ciblé, qu’il s’agisse par exemple d’être un maître, un guide ou un facilitateur. Par ailleurs, le besoin de direction de la part d’un enseignant serait plus grand lorsqu’un élève adulte est moins expérimenté dans un domaine d’apprentissage donné que lorsque ce dernier en possède déjà une bonne expertise. 
 

  • Ses expériences antérieures, musicales ou non

L’expérience antérieure des adultes affecte leur apprentissage de quatre manières différentes : (1) en créant une plus grande diversité en ce qui concerne les différences individuelles, (2) en fournissant un riche bassin de ressources dans lequel l’apprenant peut puiser lors de ses apprentissages, (3) en créant des biais qui peuvent freiner ou façonner un nouvel apprentissage et (4) en permettant un lieu d’enracinement à l’identité personnelle. 
 

  • Son niveau de préparation vis-à-vis l’apprentissage

Un enseignant doit être à l’affut du niveau de préparation d’un élève vis-à-vis un apprentissage donné, car il pourrait avoir plus ou moins besoin d’être dépendant de son enseignant, tant sur le plan de la direction des apprentissages que du soutien affectif, et ce même si l’approche andragogique stipule que les élèves adultes tendent à vouloir s’auto-diriger. En effet, un même apprenant pourra se montrer fort confiant et indépendant dans un type d’apprentissage donné et plutôt dépendant et incertain dans un autre type d’apprentissage, spécialement lorsqu’il s’agit d’un domaine peu familier pour l’élève. Les apprenants qui ont besoin de plus de direction et de soutien tendraient en avoir de moins en moins besoin au fur et à mesure que leurs compétences et leur confiance grandissent, dans les limites d’un domaine d’apprentissage donné.
 

  • L’orientation de son apprentissage

L’approche expérientielle conviendrait bien aux élèves adultes. En effet, ceux-ci préfèreraient que l’apprentissage soit orienté vers la résolution de problèmes et apprendraient mieux lorsqu’on leur présente l’information nouvelle dans un contexte de situation réelle.
 

  • Ses motivations à apprendre

Les adultes tendraient à être davantage motivés vis-à-vis un apprentissage lorsque celui-ci pourra les aider à résoudre des problèmes qu’ils vivent personnellement ou résultera en une gratification personnelle, intrinsèque.

De plus, afin de pouvoir s’ajuster à la situation d’enseignement unique d’un élève donné, l’enseignant devrait prendre le temps d’évaluer :

  • Les particularités de chacun de ses élèves adultes ainsi que leurs caractéristiques individuelles

  • Les caractéristiques particulières de l’enseignement du piano dans le cadre particulier du type de leçon dispensée (leçon individuelle ou de groupe, temps et fréquence des leçons, type d’instrument utilisé, environnement où se tient la leçon)
     

Objectifs personnels des aînés

Par ailleurs, les objectifs personnels de l’apprenant adulte (ou des apprenants d’un même groupe, le cas échéant) devraient servir de cadre afin de structurer l’enseignement dispensé. Ceux-ci devraient être identifiés clairement, dès les premières leçons. Pour ce faire, vous pouvez poser ouvertement la question à vos élèves.
 

Une fois identifiés, vous pourrez discuter avec vos élèves afin de les préparer à ce qu’impliquent leurs objectifs personnels, voire afin de réviser ces derniers en fonction du temps et des efforts qu’ils sont prêts à investir dans leur apprentissage. Cela vous permettra de vous assurer que leurs attentes sont réalistes et de leur éviter de mauvaises surprises, ce qui risquerait d’entraîner une baisse de motivation. Comme les objectifs personnels peuvent varier avec le temps, il sera toujours approprié de vérifier, à l’occasion et en collaboration avec vos élèves, si le chemin choisi et les objectifs visés sont toujours appropriés.
 

Approche à adopter

L’enseignant devrait adopter une approche de collaboration et de soutien avec l’apprenant, en l’impliquant dans la planification de son apprentissage. En outre, l’apprentissage devrait être divisé en séquences, en fonction du niveau de préparation de l’élève. Par ailleurs, une approche expérientielle de l’apprentissage et des styles d’enseignement centrés sur l’élève, collaboratifs, et d’accompagnement à la découverte sont à favoriser.


Attitude à adopter

Par ailleurs, l’enseignant devrait faire preuve d’ouverture, d’authenticité et d’humanité. Le climat dans lequel prendra place l’apprentissage devrait être détendu, propice à la confiance et au respect mutuel. Le cadre utilisé devrait être informel et chaleureux.
 

Lectures suggérées

*L'andragogie est une théorie d’apprentissage chez l’adulte. Celle-ci pose une liste de postulats clefs qui ont au centre de toute situation d’apprentissage vécue par un adulte. (Knowles, Holton et  Swanson, 2005).


Bibliographie

Knowles, M. S., Holton III, E. F., & Swanson, R. A. (2005). The Adult Learner : The Definitive Classic in Adult Education and Human Resource Development. Amsterdam: Elsevier.

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval. 

2. Évaluations et concerts

Doit-on faire passer un examen à un élève âgé? Devrait-on l’inscrire au programme d’un concert? En fait, cela dépend de l’élève. Certains se donnent des défis et réussir un examen ou participer à un concert peuvent en être des exemples. D’autres considèrent que la finalité d’un examen ou d’un concert leur met une pression inutile sur les épaules et préfèrent l’éviter.
 

Il convient d’être vigilant et de garder en mémoire que les élèves âgés pourraient éprouver davantage de difficultés que les élèves plus jeunes en concert et en examen. En effet, certains effets du vieillissement pourront être particulièrement observables en de telles situations.
 

Tout d’abord, jouer de mémoire, ce qui est normalement exigé pour un minimum de pièces lors d’examens dispensés par les grandes écoles de musique, est généralement un but plus difficile à atteindre pour les personnes âgées, la mémoire étant affectée par l’avancée en âge. De plus, performer dans des circonstances aussi stressantes que devant un juge ou en concert sera également plus difficile pour ceux-ci. En outre, ne pas se laisser perturber par de l’information non-désirée pendant la réalisation d’une pièce (comme quelqu’un qui tousse ou un juge qui prend des notes) peut également s’avérer plus difficile avec l’avancée en âge.
 

Alternatives possibles aux concerts
  • Faire une classe d’ensemble ou un mini-concert qui ne réunit que des élèves adultes

  • Préparer un mini programme de concert qu’un aîné pourra présenter à sa parenté ou à ses amis

  • Organiser un souper rassemblant les élèves dans un lieu où se trouve un piano. Les élèves pourront, s’ils le désirent et quand ils le désirent, aller y jouer une pièce

  • Procéder à un enregistrement en studio, que l’élève pourra par la suite faire entendre à ceux qui le désirent
     

Attention!

La présence de symptômes d’anxiété est commune chez les personnes âgées. De plus, plusieurs enseignants observent des comportements anxieux chez leurs élèves âgés lors de leurs leçons de piano. Lorsque l’anxiété est importante même lors des leçons, il nous paraît inapproprié d’ajouter une activité de performance musicale induisant davantage de stress.
 

Stratégies d’enseignement
  • Ne pas exiger la réalisation d’un examen ou la participation à un concert

  • Éviter les concerts ou les examens si l’aîné ne souhaite pas spécialement y prendre part

  • Lorsque cela est approprié, proposer la possibilité de réaliser un examen sur deux ans (si le programme le permet) ou proposer de prendre deux ans pour le préparer

  • Faire des groupes homogènes (âge et niveau similaire) pour les concerts ou les classes d’ensemble afin d’éviter la comparaison négative

  • Donner le droit à l’erreur et la possibilité de se reprendre lors des concerts.
     

Bibliographie

Connor, K. M., & Blazer, D. G. (2007). Anxiety Disorders. Dans J. E. Birren (Éd.), Encyclopedia of Gerontology (pp. 84-89. doi: 10.1016/B0-12-370870-2/00012-3).

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval.

Vézina, J., Cappeliez, P., & Landreville, P. (2007). Psychologie gérontologique. Montréal : Chenelière Éducation. 

3. Favoriser l’inscription des aînés à des leçons de piano

Ce sont souvent des facteurs externes qui limitent les personnes âgées à s’inscrire à des leçons de piano, tout spécialement une réticence à sortir le soir, des problèmes de transport et le coût des leçons. Plusieurs préféreraient avoir des leçons de jour, à moindre coût et dans un groupe d’âge circonscrit, lorsqu’il s’agit de leçons de groupe. Afin de pouvoir enseigner à un salaire décent tout en réduisant les frais par élève, une avenue pourrait être d’offrir des leçons de groupe ou de type semi-privées, où les coûts de participation aux leçons peuvent plus facilement être réduits puisque répartis entre les élèves.


Un autre facteur limitant l’inscription à des leçons de piano concerne la difficulté, pour les aînés qui sont les proches aidants de leur conjoint, de quitter la maison. Pour ces derniers, des leçons à domicile pourraient être une avenue intéressante. Cette solution pourrait également être appropriée pour les personnes dont la mobilité est réduite ou qui craignent de tomber. S’assurer de ne pas avoir d’escaliers à franchir pour accéder au studio d’enseignement est une autre avenue envisageable.


Par ailleurs, la perception qu’un aîné possède de ses propres capacités serait également un facteur influençant l’amorce de leçons de piano. La peur de ne pas réussir ou que cette réussite soit entravée par des problèmes physiques ou cognitifs ferait hésiter certains aînés à se lancer dans ce type d’apprentissage. C’est sans doute petit à petit, en faisant la promotion d’activités d’apprentissage auprès des aînés, en tant qu’enseignants et en tant que société, qu’on pourra aider à briser les préjugés entourant la participation des aînés à des activités musicales, telles des leçons de piano. Certaines limites, physiques, cognitives ou d’autres types, peuvent effectivement être présentes, mais il est tout de même possible pour une personne âgée de réaliser de belles réussites en s’engageant dans des leçons de piano.


Une autre contrainte possible concerne la disponibilité d’un instrument pour répéter. Or, des aînés révèlent utiliser un clavier électronique pour répéter ou utilisent exclusivement cet instrument tant dans leurs leçons que dans leurs répétitions, et ce avec succès. Puisqu’il est moins coûteux et moins volumineux qu’un piano, l’utilisation d’un clavier électronique devrait, selon nous, être acceptée lorsqu’un aîné en possède un dont les caractéristiques sont suffisantes pour qu’il puisse jouer les pièces qu’il souhaite apprendre. Lorsque son clavier ne comporte que quelques octaves et qu'il est léger, il est possible de proposer à l’élève âgé d'apporter son instrument avec lui lors de sa leçon, notamment si cet élève est déstabilisé par le passage d'un instrument à un autre.  L’enseignant pourrait alors également mieux observer le travail qui a été effectué à la maison et mieux diagnostiquer certains problèmes techniques, qui peuvent parfois différer d’un instrument à l’autre, notamment lorsque le type de touche diffère entre les deux.


Nous croyons cependant qu’il est important d’informer ces aînés sur les limites de cet instrument (type de touche différente, étendue moins grande, risque de devoir changer éventuellement d’instrument, moins de possibilités expressives, etc.) Si un élève âgé souhaite utiliser un clavier électronique, il pourra alors faire un choix éclairé quant à l’usage de cet instrument. Si un aîné réalise qu’il pourrait être gêné par les contraintes d’un clavier électronique, l’encourager à se munir d’un piano à la maison (acoustique ou électronique) pourrait être approprié, en prenant soin de l’informer des possibilités de location qui existent parfois en magasin.


Bibliographie

McCullough, E. C. (1981). An assessment of the musical needs and preferences of individuals 65 and over (Thèse de doctorat). Récupéré via la base de données ProQuest Dissertations and Theses (UMI No. 8118455).

Nantel, A. (2013). Enseignement du piano aux personnes âgées autonomes (65 à 79 ans) : élaboration d’un guide pédagogique web. (Thèse de doctorat). Québec : Université Laval.

Pike, P. D. (2011). Using technology to engage third-age (retired) leisure learners: A case study of a third-age MIDI piano ensemble. International Journal of Music Education, 29(2), 116-123. doi: 10.1177/0255761410396965.